16 septembre 2011

Portraits de communards 3/3


Eugène POTTIER (1816-1887) "Debout ! Les damnés de la terre ! Debout ! Les forçats de la faim !" (41), L'Humanité

François JOURDE (1843-1893) Financier des sans-le-sou, comptable de l'espérance (42), L'Humanité

Cheikh El MOKRANI (1815-1871) Le chef de la Commune kabyle, en guerre contre la colonisation (43), L'Humanité

Émile DIGEON (1822-1894) Chef révolutionnaire de la Commune de Narbonne (44), L'Humanité

Zéphyrin CAMÉLINAT (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme (45), L'Humanité

Paul LAFARGUE (1842-1911) Pas de dieu, mais un maître… (46), L'Humanité

Karl MARX (1818-1883) Un contemporain actif, vigilant et totalement engagé... (47), L'Humanité

Lire aussi :
• Portraits de communards, L'Humanité.
• Prosper-Olivier LISSAGARAY, Histoire de la Commune de 1871, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Commune de Paris 1871, Monde en Question.

14 septembre 2011

La fabrication de l'ennemi


"Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d'ennemi !", avait prédit en 1989 Alexandre Arbatov, conseiller diplomatique de Mikhaïl Gorbatchev. L'ennemi soviétique avait toutes les qualités d'un "bon" ennemi : solide, constant, cohérent. Sa disparition a en effet entamé la cohésion de l'Occident et rendu plus vaine sa puissance.

Pour contrer le chômage technique qui a suivi la chute du Mur, les États (démocratiques ou pas), les think tanks stratégiques, les services de renseignements et autres faiseurs d'opinion ont consciencieusement "fabriqué de l'ennemi" et décrit un monde constitué de menaces, de risques et de défis.

L'ennemi est-il une nécessité ? Il est très utile en tout cas pour souder une nation, asseoir sa puissance et occuper son secteur militaro-industriel. On peut dresser une typologie des ennemis de ces vingt dernières années : ennemi proche (conflits frontaliers : Inde-Pakistan, Grèce-Turquie, Pérou-Équateur), rival planétaire (Chine), ennemi intime (guerres civiles : Yougoslavie, Rwanda), ennemi caché (théorie du complot : juifs, communistes), Mal absolu (extrémisme religieux), ennemi conceptuel, médiatique...

Comment advient ce moment "anormal" ou l'homme tue en toute bonne conscience ? Avec une finesse d'analyse et une force de conviction peu communes, Pierre Conesa explique de quelle manière se crée le rapport d'hostilité, comment la belligérance trouve ses racines dans des réalités, mais aussi dans des constructions idéologiques, des perceptions ou des incompréhensions. Car si certains ennemis sont bien réels, d'autres, analysés avec le recul du temps, se révèlent étonnamment artificiels.

Quelle conséquence tirer de tout cela ? Si l'ennemi est une construction, pour le vaincre, il faut non pas le battre, mais le déconstruire. Il s'agit moins au final d'une affaire militaire que d'une cause politique. Moins d'une affaire de calibre que d'une question d'hommes.

Pierre CONESA, La fabrication de l'ennemi ou Comment tuer avec sa conscience pour soi, Laffont, 2011 [Extraits - Du Grain à moudre - Le Point - RFI].

Lire aussi :
• Pierre CONESA, Géopolitique du renseignement - La fin d'une époque, Diploweb, Novembre 2006.
• Pierre CONESA, Les Etats-Unis sont-ils une menace pour l’Europe ?, Le Monde diplomatique, Avril 2008.
• Pierre CONESA, La France devrait occuper un siège à l'OCI, Le Monde, 22/12/2009.
• Pierre CONESA, Vies multiples d’Al-Qaida, Le Monde diplomatique, Février 2010.
• Pierre CONESA, Afghanistan : "L'outil militaire ne peut résoudre des crises", Marianne, 15 Juillet 2011.
• Publications de Pierre CONESA, Cairn.info - IRIS.
Dossier documentaire 11 septembre 2001, Monde en Question.
Dossier documentaire Géopolitique, Monde en Question.
• L'actualité des livres
- Centre National du Livre
- Veille littéraire CNL

13 septembre 2011

Revue de presse 11 Septembre 2001


11/09/2011, Anastassia TSOUKALA, Au nom du 11 Septembre - La presse face au terrorisme en France et en Grande-Bretagne, Les mots sont importants : Première partie - Deuxième partie
Depuis les années 1990, et surtout depuis les attentats du 11 septembre 2001, les états-Unis et les états de l'Union européenne ont multiplié les initiatives censées "répondre aux menaces du terrorisme islamiste" : durcissement des législations, renforcement de la coopération antiterroriste internationale, actions ouvertes ou clandestines violant souvent le droit international. Les effets de sidération produits par des attentats spectaculaires et meurtriers ont largement inhibé l'attention critique des citoyens face aux autres menaces que beaucoup de ces initiatives font peser sur les démocraties. C'est de ce constat qu'est né il y a deux ans un important livre collectif, plus que jamais d'actualité : Au nom du 11 septembre. Coordonné par Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, il analyse la centralité de cet "antiterrorisme" dans la nouvelle géopolitique mondiale et son impact sur la vie politique des états démocratiques : opérations militaires, surveillance généralisée, pratiques d'exception et de désinformation... Extrait de ce livre, le texte qui suit analyse, à travers l'étude comparative de la presse écrite française et britannique, l'évolution des discours publics sur la sécurité des pays occidentaux.
11/09/2011, Michel CHOSSUDOVSKY, Qui était Oussama ben Laden ? La vérité derrière le 11 septembre 2001, Mondialisation Article publié en anglais par Global Research le 12 septembre 2001
Quelques heures après les attaques terroristes du 11 septembre au World Trade Center et au Pentagone, l'administration Bush concluait, sans preuve à l'appui, qu'Oussama ben Laden et son organisation, Al-Qaeda, étaient les suspects les plus probables. Le directeur de la CIA, George Tenet, déclarait que ben Laden "a la capacité de planifier plusieurs attaques sans avertissement". Le secrétaire d'état Colin Powell qualifiait de son côté les attaques à Washington et à New York de "déclaration de guerre", ce que George Bush confirmait dans son discours à la nation le soir même en affirmant qu'il ne "fera aucune distinction entre les terroristes qui ont commis ces actes et ceux qui les ont soutenu". L'ancien directeur de la CIA James Woolsey insinuait pour sa part la complicité de un ou plusieurs gouvernments étrangers. Et l'ancien conseiller à la sécurité nationale Lawrence Eagelberger déclarait dans une entrevue télévisée : "Je crois que nous allons démontrer que, lorsque nous sommes attaqués de cette façon, nous pouvons réagir d'une manière brutale avec force et détermination" ("we are terrible in our strength and in our retribution").
Suite aux déclarations officelles, les médias occidentaux n'ont pas tardé (sans preuves à l'appui) à approuver le déclenchement d'actions punitives contre des cibles civiles au Moyen-Orient et en Asie centrale. William Saffire écrivait à ce propos dans le New York Times : "Lors que nous aurons raisonnablement pu déterminer la localisation des bases et des camps de nos attaquants, nous devrons les pulvériser - en minimisant mais également en acceptant les risques de dommages collatéraux. Nous devrons agir par des opérations [militaires] directes mais également par des actions en sous-main [de nos services de renseignement], afin de déstabiliser les états hôtes de la terreur."
Le texte ci-dessous a pour object d'analyser l'histoire d'Oussama ben Laden et des liens entre la Jihad islamique et la politique étrangère des états-Unis depuis la Guerre froide.
11/09/2011, Jean-Claude PAYE, Le 11 septembre 2001 et la fabrique du consentement, L'Humanité
Les lois antiterroristes offrent à l'exécutif la capacité d'annuler toute forme d'opposition et de rejeter toute différenciation, même celle distinguant l'acte de sa simple éventualité. La loi n'est plus codification, cran d'arrêt face à l'arbitraire. Au contraire, elle inscrit dans le droit qu'il n'y a plus de limite à l'exercice du pouvoir.
Dans tous les pays européens, les droits de la défense sont affaiblis. Aux états-Unis, ils sont complètement supprimés pour les étrangers désignés comme terroristes par l'exécutif. Des deux côtés de l'Atlantique, les citoyens sont soumis à des mesures de surveillance qui, autrefois, étaient réservées au contre-espionnage. Les civils peuvent être soumis à des mesures de privation de liberté plus contraignantes que celles appliquées aux prisonniers de guerre.
La mutation juridique et politique est profonde puisqu'elle renverse les relations établies entre les populations et leur gouvernement, le rapport entre l'instituant et l'institué. Ce ne sont plus les populations qui instituent le pouvoir, mais ce dernier qui détermine, parmi ses ressortissants, qui est un citoyen et qui est un ennemi, qui doit être exclu de la société. La transformation est telle que l'ordre symbolique de la société est touché.
Toute question, toute référence aux objets, relève de la théorie du grand complot, car leur matérialité s'oppose à ce qui est donné à voir. Elle fait écran au regard du pouvoir, à sa capacité de donner un sens sans avoir besoin de passer par les choses. L'icône du 11?septembre donne directement à voir l'invisible. Tel le regard de la Gorgone, elle se saisit de nous et nous aveugle, car nous regardons sans voir. Le réel nous est imposé sans la médiation de la raison, sans l'interposition du bouclier de Persée, de cet écran qui permet de voir, tout en étant protégé du feu du regard.
09/09/2011, Carlos RIVERA LUGO, La barbarie de los 11 de septiembre, Rebelión
¿Qué tenemos que ver los habitantes de Nuestra América con el 11 de septiembre? En todo caso, mi memoria histórica acerca de esa fecha no empieza con el ataque terrorista en el 2001 contra las torres gemelas del "World Trade Center", sino con el criminal asalto militar de 1973 contra La Moneda, la casa presidencial chilena. Poco más de tres mil vidas inocentes fue el "daño colateral" de la primera, anunciada por sus perpetradores como "el golpe de Dios Omnipotente" contra uno de los órganos vitales del "mal". Mientras, el saldo brutal de la segunda fue sobre 30,000 vidas, incluyendo la de su heroico presidente Salvador Allende, víctimas también de otra cruzada fundamentalista: el anticomunismo.
Sin embargo, mi memoria histórica sigue resistiéndose a los simplismos ideológicos. Me trae a la mente esos otros "11 de septiembre" que han marcado mi consciencia, por lo menos en el último medio siglo. Los bombardeos criminales de Estados Unidos sobre Hanoi y todo el territorio vietnamita, incluyendo el uso de armas químicas de destrucción masiva. Murieron sobre 3 millones de vietnamitas, de los cuales 2 millones eran civiles. Igualmente recuerdo la aniquilación en 1989 -con, entre otras cosas, el bárbaro napalm usado en Viet Nam- del barrio Chorillos de la Ciudad de Panamá, donde murieron 10,000 civiles panameños como resultado de la ilegal invasión militar estadounidense.
Las guerras de Estados Unidos en Irak y Afganistán, y la no declarada en Pakistán, han dejado igualmente cientos de miles de muertos, en su mayoría civiles. Continúa operando, con absoluta impunidad, el campo de concentración estadounidense en Guantánamo. La Corte Penal Internacional saca pecho para investigar y condenar los delitos de los "malos", mientras condona los crímenes de los "buenos". Bush y su vicepresidente Cheney admiten y defienden públicamente sus crímenes y nadie su inmuta. Quien sumisamente le ha dado continuidad a las políticas criminales de éstos, el presidente Barack Obama, la Academia Sueca le otorga el Premio Nobel de la Paz. Y con ese premio en mano, ha agredido a Libia y producido allí, junto a sus aliados europeos, otro violento e ilegal "cambio de régimen", con su secuela abismal de muertos.
09/09/2011, Tom ENGELHARDT, Let's Cancel 9/11, Antiwar
Let's just can it all. Shut down Ground Zero. Lock out the tourists. Close "Reflecting Absence," the memorial built in the "footprints" of the former towers with its grove of trees, giant pools, and multiple waterfalls before it can be unveiled this Sunday. Discontinue work on the underground National September 11 Museum due to open in 2012. Tear down the Freedom Tower (redubbed 1 World Trade Center after our "freedom" wars went awry), 102 stories of "the most expensive skyscraper ever constructed in the United States." (Estimated price tag: $3.3 billion.) Eliminate that still-being-constructed, hubris-filled 1,776 feet of building, planned in the heyday of George W. Bush and soaring into the Manhattan sky like a nyaah-nyaah invitation to future terrorists. Dismantle the other three office towers being built there as part of an $11 billion government-sponsored construction program. Let's get rid of it all. If we had wanted a memorial to 9/11, it would have been more appropriate to leave one of the giant shards of broken tower there untouched.
09/09/2011, Des 11 septembre à la pelle et à grande échelle, Le Grand Soir
Liste partielle des interventions de l'armée états-unienne depuis 1890.
09/09/2011, Roy ARUNDHATI, Ben Laden, secret de famille de l'Amérique, Le Monde Tribune publiée dans Le Monde du 15 octobre 2001
Pour des raisons stratégiques, militaires et économiques, George W. Bush doit à tout prix persuader l'opinion publique que ce sont les valeurs nationales de la liberté et de la démocratie qui sont visées, ainsi que le mode de vie américain. Message facile à colporter dans l'atmosphère de chagrin, d'indignation et de colère qui règne actuellement. Cependant, à supposer que le contenu en soit vrai, on peut légitimement se demander pourquoi ce sont les symboles de la suprématie économique et militaire américaine (le World Trade Center et le Pentagone) qui ont été pris pour cibles. Pourquoi pas la statue de la Liberté ? Ne peut-on alors émettre l'hypothèse que la sombre colère à l'origine des attentats n'a pas pour source la liberté et la démocratie américaines, mais le soutien et l'engagement exceptionnel des Américains pour des causes radicalement opposées : pour le terrorisme militaire et économique, l'insurrection, la dictature armée, le fanatisme religieux, le génocide impensable (hors des frontières du pays) ?
En 1996, interrogée par Leslie Stahl sur sa réaction devant la mort de 500 000 enfants irakiens après les sanctions économiques américaines, Madeleine Albright, alors ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, répondait sur CBS que c'était "un choix très difficile" mais que, tout compte fait, "nous pensons que le prix en vaut la peine". A-t-elle été renvoyée de son poste pour avoir tenu pareils propos ? Pas du tout. Elle a continué à parcourir le monde, à représenter les opinions et les aspirations du gouvernement américain. Plus grave encore, dans les circonstances actuelles : les sanctions contre l'Irak n'ont pas été levées. Des enfants continuent à mourir. Nous y voilà. Un distinguo peu subtil oppose la civilisation et la sauvagerie, le "massacre d'innocents" (ou, si l'on préfère, "le heurt des civilisations" ) et les "dommages de guerre". Pure sophistique, délicate algèbre de la "justice sans limites" ! Combien faudra-t-il de morts irakiens pour améliorer le monde ? Combien de morts afghans pour un seul mort américain ? Combien d'enfants morts pour un seul homme mort ? Combien de cadavres de moudjahidins pour le cadavre d'un seul banquier d'affaires ?
La coalition des superpuissances mondiales resserre son étau sur l'Afghanistan, l'un des pays les plus pauvres qui soient, l'un des plus sinistrés, des plus déchirés par la guerre. Les talibans au pouvoir y offrent un abri à Oussama Ben Laden, tenu pour responsable des attentats du 11 septembre. Faut-il décimer l'ensemble de la population en guise de réparation ? L'économie est chamboulée. Et le problème qui se pose à une armée d'envahisseurs, c'est en réalité que le pays ne possède aucun des signes ou des repères conventionnels à pointer sur la carte : ni bases militaires, ni complexes industriels, ni usines de traitement de l'eau. Les exploitations agricoles se sont transformées en charniers, la campagne est jonchée de mines antipersonnel - au nombre de 10 millions, selon les estimations les plus récentes. L'armée américaine devrait donc commencer par déminer le terrain et par construire des routes pour frayer une voie à ses soldats.
En 1979, après l'invasion soviétique de l'Afghanistan, la CIA et l'ISI (InterServices Intelligence : les services de renseignement pakistanais) ont lancé la plus grande opération indirecte de la CIA depuis la guerre du Vietnam. Leur but ? Canaliser l'énergie de la résistance afghane et l'enrôler dans une guerre sainte, un djihad islamique qui dresserait contre le régime communiste les pays musulmans de l'Union soviétique et finirait par l'ébranler.
Au fil des ans, par l'intermédiaire de l'ISI, la CIA a financé et recruté, dans quarante pays musulmans, des dizaines de milliers de moudjahidins extrémistes qui ont servi de soldats dans cette guerre que livrait l'Amérique par pays interposés. La grande masse d'entre eux ne savaient pas qu'ils se battaient pour l'Oncle Sam. (Mais l'ironie veut que l'Amérique n'ait pas su non plus qu'elle finançait une future guerre contre elle-même.)
09/09/2011, Alain GRESH, 11-Septembre, qu'est-ce qui a changé ?, Le Monde diplomatique
Dix ans après, "la guerre contre le terrorisme", qui visait à éradiquer toute menace, y compris celle des Etats dénoncés comme "voyous", est un échec, et la rhétorique belliciste de Washington s'est atténuée. Les Etats-Unis devraient se retirer d'Irak d'ici à la fin de l'année, laissant derrière eux un pays détruit, avec un gouvernement divisé et corrompu, qui sera plus proche de Téhéran que de Washington. En Afghanistan, malgré les déclarations lénifiantes, la montée en puissance des talibans apparaît irrésistible, tandis que le Pakistan s'enfonce dans la crise. Quant à Al-Qaida, si son chef Oussama Ben Laden et nombre de ses hauts dirigeants ont été tués, elle a essaimé au Maghreb, au Yémen, au Nigeria, etc.
Le prix de ces guerres, avant tout payé par les peuples qui en ont été les victimes, pèse aussi sur les Etats-Unis et plus largement sur l'Occident, de deux manières. Elles ont permis une remise en cause des libertés au nom de la lutte contre le terrorisme, légalisé la torture, les enlèvements, les écoutes illégales, les assassinats ciblés, etc., pratiques qui se sont étendues malgré l'élection du président Barack Obama, comme le montre le maintien du bagne de Guantanamo ou l'utilisation sans restriction de drones.
Le terrorisme est devenu un concept attrape-tout permettant aux Etats de justifier leur politique de répression.
09/09/2011, Il faut combattre les causes du terrorisme, Renmin Ribao
Les attaques du 11 septembre ont laissé des traces profondes, pas seulement par rapport aux mesures de sécurité renforcées mises en place dans les pays occidentaux, qui ont empiété sur la vie privée et même les droits de l'homme ; elles ont aussi provoqué une escalade de l'animosité entre le monde musulman et l'Occident.
Les guerres menées en Irak et en Afghanistan par les Etats-Unis et présentées comme une partie de leur guerre contre le terrorisme, ont provoqué d'énormes pertes en vies humaines et n'ont seulement réussi qu'à exacerber la fracture entre les musulmans et l'Occident.
Tout en se souvenant des victimes des attaques du 11 septembre, le monde devrait aussi réfléchir sur les vies perdues du fait de ces actions militaires et d'autres attaques terroristes, et songer au fait que la force militaire seule a peu de chances de mettre fin au terrorisme. Les conflits et les troubles sont le lit du terrorisme. Et la pauvreté et l'arriération en sont son terreau.
Pour extirper les racines du terrorisme, la communauté internationale devrait faire des efforts conjoints pour soulager les tensions régionales et mondiales, éradiquer la pauvreté et promouvoir la coopération et la réconciliation. Il faudra pour cela des mesures économiques, sociales et politiques coordonnées.
09/09/2011, Deux poids et deux mesures obstruent les efforts anti-terrorisme, Xinhua
Un grand défi aux efforts anti-terrorisme du monde est le manque d'un standard commun. En particulier, les Etats-Unis et ses alliés occidentaux ont utilisé à maintes reprises deux poids et deux mesures sur les question anti-terrorisme, qui ont obstrué le progrès des efforts globaux.
Après les attentats du 11 septembre, Washington a lancé une "guerre contre le terrorisme" soit-disante en Afghanistan et en Irak, menant au meurtre des milliers des civils inoncents et au déplacement des milliers d'habitants.
Souvent, les Etats-Unis ont fermé les yeux sur les dégâts et les menaces causés par les extrémistes dans la République Tchetchène de Russie, et ont adopté deux poids et deux mesures sur la question des forces séparatistes dans la région de Xinjiang de Chine, rejetant la demande de Chine d'expulser les membres du "Mouvement islamique du Turkestan oriental", qui a une relation étroite avec al Qaîda.
Par ailleur, le mot "anti-terrorisme" a parfois servi d'un outil politique pour promouvoir les intérêts nationaux occidentaux et les objectifs idéologiques, et est même utilisé comme une excuse facile pour intervenir dans les affaires intérieures d'autres pays.
07/09/2011, Il y a 10 ans, le 11 septembre 2001 : les attentats suicides contre les tours du World Trade Center, Lutte Ouvrière
Mais si cet attentat ignoble illustrait la vulnérabilité des états-Unis, principale puissance impérialiste qui domine le monde, il a contribué en réalité à renforcer l'impérialisme américain.
Car le gouvernement Bush et le patronat américain se sont immédiatement servis de l'émotion provoquée pour amener la population à serrer les rangs derrière eux, à accepter de nouvelles aventures militaires et des sacrifices économiques considérables au nom de "la guerre contre le terrorisme".
Une semaine après les attentats, le Congrès était déjà saisi d'un projet de loi de 350 pages renforçant les pouvoirs de répression de la police et du FBI. Appelé "USA Patriot Act", ce projet de loi, manifestement en chantier avant les attentats, n'attendait qu'une occasion pour sortir des cartons. Des dizaines de lois, décrets, règlements répressifs furent adoptés dans la foulée. L'appareil d'état retrouva pratiquement tous les pouvoirs qu'il avait du temps du Maccarthysme et qui avaient été rognés dans les années 1960 et 1970 par le mouvement pour les droits civiques, la révolte noire, la lutte contre la guerre du Vietnam.
Le 11-Septembre a permis de légaliser à nouveau des pratiques qui étaient devenues illégales et ne pouvaient être utilisées au grand jour, comme l'espionnage sans mandat d'étrangers ou de citoyens américains, leur mise sur écoute, l'accès à tous leurs comptes, données médicales, etc. Les étrangers peuvent être légalement détenus indéfiniment sans motif. Et puis n'importe qui peut être taxé de terrorisme, pour participer à un piquet de grève, pour critiquer le président, etc.
Les tribunaux militaires jugent sans appel les étrangers accusés de terrorisme. Ils peuvent ne pas produire leurs preuves, juger à huis clos, sans la présence de l'avocat et même sans l'accusé. Un présumé terroriste peut aussi rester indéfiniment en prison sans jugement. La torture des prisonniers lors d'interrogatoires est légalisée.
Les rafles massives opérées par la police dans les jours qui ont suivi le 11-Septembre furent ainsi légalisées. De nombreux détenus sont restés sans motif en prison et, dix ans après, il y a encore des détenus qui n'ont pas été jugés.
Cela n'a pas empêché Bush puis Obama de prétendre œuvrer pour la défense de la démocratie américaine.
07/09/2011, 2001-2011, d'un effondrement à l'autre, Le Billet politique d'Hubert Huertas
Dix ans après la destruction des tours de New-York on assiste à un autre effondrement. Une certaine économie n'en finit pas de s'affaisser, à deux pas de Ground zéro, à Wall Street, et dans les places financières du monde entier.
Quel rapport entre les avions fonçant sur les tours, et les cours de la bourse qui décrochent : aucun, et cette absence de cause à effet, entre ces deux moments majeurs, distants de seulement dix ans, est sans doute le fait marquant de cet anniversaire. Le 11 septembre 2011, c'est quasiment le contraire de celui de 2001.
Il y a dix ans, l'Amérique, donc le monde occidental, a été attaqué par un agresseur extérieur. Une idée s'est alors répandue. Celle d'une guerre du mal contre le bien, une espèce de der des ders, le mal étant délimité à une zone géographique précise, et aux dérives d'une religion. La guerre, en ce temps là pouvait être préventive, puisque l'ennemi était localisé. Il suffirait d'un sale type abattu pour sauver la prospérité.
Que reste-t-il de cette ancienne utopie ?
Pas grand chose. L'Irak a été envahie, Saddam, qui n'était pas complice des attentats de New-York, a été pendu, aucune arme de destruction massive n'a été retrouvée, Kaboul est tombée, Ben Laden est mort, tout devait être terminé, mais tout bouillonne encore dans le même secteur de la planète.
Le monde selon dabeulyou Bush n'est pas métamorphosé. Il chauffe toujours là où il brûlait déjà.
La nouveauté c'est qu'il est dépassé. Ni le bien ni le mal ne sont géographiques. Les révolutions arabes ont démenti l'idée d'un bloc musulman que seuls des dictateurs pouvait empêcher de basculer dans l'islamisme. Après avoir honoré les despotes, la France se flatte d'ailleurs de les combattre, et le dernier acte terroriste en date est bel et bien l'œuvre d'un fondamentaliste, mais il est blanc, chrétien, et norvégien.
La grande peur ne vient plus, ou plus seulement, d'un agresseur barbu. L'ennemi n'a plus de visage. On lui donne des tas de noms, finance, spéculation, subprimes, dettes, déficit, état-providence, faillite des états, gabegie, fonctionnaires, milliardaires, magouilleurs grecs, indignados, agences de notation, une mêlée de cinq cent millions d'acteur pour une guerre intérieure.
Bien sûr, l'effondrement des bourses est moins télégénique que celui des deux tours. Il n'est pas sûr que dans dix ans, pourtant, les conséquences en soient moins radicales.
05/09/2011, La dure leçon du "smart power", Renmin Ribao
Mais il y a une leçon plus grande encore que le 11 septembre nous enseigne, celle du rôle de la puissance douce et du récit à l'âge de l'information. A l'âge de l'information, les résultats sont aussi influencés par celui qui a la meilleure histoire. La concurrence dans le récit est importante, et le terrorisme, c'est aussi un drame politique et narratif.
Une leçon-clé du 11 septembre est que la puissance militaire est certes essentielle pour contrer le terrorisme, mais que la puissance douce des idées et la légitimité sont essentielles pour gagner les coeurs et les esprits des populations musulmanes, là où Al Qaida souhaite recruter. Une stratégie du "smart power" ne saurait ignorer les outils de la puissance douce.
Mais, au moins pour les Etats-Unis, la leçon la plus importante du 11 septembre est que la politique étrangère des Etats-Unis devrait suivre le conseil que l'ancien Président Dwight Eisenhower a formulé il y a un demi-siècle : Ne soyez pas impliqué dans des guerres d'occupation, et concentrez vous sur le maintien de la puissance de l'économie américaine.
02/09/2011, David Ray GRIFFIN, Un autre regard sur le 11 septembre - 10 ans après Le Nouveau Pearl Harbor-2, Demi Lune
Deux guerres et des centaines de milliers de morts plus tard, sans oublier les populations déplacées et les réfugiés qui se comptent par millions, il convient de se demander en toute lucidité : à qui profite le crime du 11-Septembre sinon au complexe militaro-industriel, aux compagnies de mercenaires et de sécurité, aux pétroliers ?
Lire aussi : Dossier documentaire 11 septembre 2001, Monde en Question.

Revue de presse 11 Septembre 1973


11/09/2011, Au Chili, la jeunesse se souvient de l'autre 11 septembre, Regards
Le Chili connaît ses plus grandes manifestations populaires depuis la chute de la dictature Pinochet en 1990. Née dans une démocratie néolibérale où les inégalités se creusent, la jeunesse chilienne réclame une éducation publique, gratuite et de qualité. Au-delà du gouvernement, elle s'en prend à l'héritage de la dictature, et renoue symboliquement avec la séquence Allende. Cette année, le 11 septembre a un goût amer pour la classe politique chilienne.
09/09/2011, Carlos RIVERA LUGO, La barbarie de los 11 de septiembre, Rebelión
¿Qué tenemos que ver los habitantes de Nuestra América con el 11 de septiembre? En todo caso, mi memoria histórica acerca de esa fecha no empieza con el ataque terrorista en el 2001 contra las torres gemelas del "World Trade Center", sino con el criminal asalto militar de 1973 contra La Moneda, la casa presidencial chilena. Poco más de tres mil vidas inocentes fue el "daño colateral" de la primera, anunciada por sus perpetradores como "el golpe de Dios Omnipotente" contra uno de los órganos vitales del "mal". Mientras, el saldo brutal de la segunda fue sobre 30,000 vidas, incluyendo la de su heroico presidente Salvador Allende, víctimas también de otra cruzada fundamentalista: el anticomunismo.
Sin embargo, mi memoria histórica sigue resistiéndose a los simplismos ideológicos. Me trae a la mente esos otros "11 de septiembre" que han marcado mi consciencia, por lo menos en el último medio siglo. Los bombardeos criminales de Estados Unidos sobre Hanoi y todo el territorio vietnamita, incluyendo el uso de armas químicas de destrucción masiva. Murieron sobre 3 millones de vietnamitas, de los cuales 2 millones eran civiles. Igualmente recuerdo la aniquilación en 1989 -con, entre otras cosas, el bárbaro napalm usado en Viet Nam- del barrio Chorillos de la Ciudad de Panamá, donde murieron 10,000 civiles panameños como resultado de la ilegal invasión militar estadounidense.
Las guerras de Estados Unidos en Irak y Afganistán, y la no declarada en Pakistán, han dejado igualmente cientos de miles de muertos, en su mayoría civiles. Continúa operando, con absoluta impunidad, el campo de concentración estadounidense en Guantánamo. La Corte Penal Internacional saca pecho para investigar y condenar los delitos de los "malos", mientras condona los crímenes de los "buenos". Bush y su vicepresidente Cheney admiten y defienden públicamente sus crímenes y nadie su inmuta. Quien sumisamente le ha dado continuidad a las políticas criminales de éstos, el presidente Barack Obama, la Academia Sueca le otorga el Premio Nobel de la Paz. Y con ese premio en mano, ha agredido a Libia y producido allí, junto a sus aliados europeos, otro violento e ilegal "cambio de régimen", con su secuela abismal de muertos.
08/09/2011, Alvaro CUADRA, 11 septembre 1973, coup d'Etat au Chili, Investig'Action
Difficile de faire allusion aux événements du 11 septembre 1973 en laissant de côté ses propres passions. Car ils ont été traumatisants pour une grande majorité de Chiliens et les conséquences se font toujours sentir aujourd'hui : le coup d'Etat d'il y a plus de trente ans n'est pas enterré. Au contraire, le présent économique, politique et culturel du Chili ne s'explique pas sans lui.
Lire aussi : Dossier documentaire 11 septembre 1973, Monde en Question.

Revue de presse Libye 12/09/2011


12/09/2011, La ville fantôme de Kadhafi après le retrait des loyalistes, Info-Palestine
Jusqu'au mois dernier, la ville de Tawergha abritait 10 000 civils. Mais à l'heure du crépuscule la semaine dernière, les immeubles d'habitation s'étirent noirs et morts, au loin, et les seuls êtres à se mouvoir sont des moutons.
Ce secteur pro-Kadhafi a été vidé de sa population, vandalisé et partiellement incendié par les forces rebelles. Le Sunday Telegraph a été le premier à visiter les lieux de ce qui semble avoir été les premières représailles majeures contre des partisans de l'ancien régime.
Pour la première fois dans [la couverture médiatique de] la révolution libyenne, nous avons pu voir un grand nombre de maisons et pratiquement chaque boutique, systématiquement saccagés, pillés ou incendiés.
Même l'hôpital local a été saccagé. Les lits ont été tirés hors des chambres et lacérés. Les vitres des fenêtres et des portes ont été cassées. Les médicaments, les ordonnanciers et les feuilles d'imprimante ont été éparpillés dans les couloirs, et les médecins et les infirmières ont disparu avec tous les autres.
Au bord de la route qui mène à Tawergha, la brigade de Misurata a peint un slogan qui dit "la brigade de nettoyage des esclaves [et] des peaux noires".
Et ce n'est pas la première fois que des civils pro-Kadhafi ont souffert de représailles. En juillet, alors que les rebelles quadrillaient les montagnes du Nefousa, le village de Gawalish a subi un sort tout à fait similaire. Beaucoup de ses habitants, des retraités et de jeunes enfants ne pouvaient tout simplement pas avoir participé à une quelconque action militaire pour le régime.
09/09/2011, Libye : les secrets de Kadhafi, France Inter
L'ONG Human Rights Watch a découvert des document dans les locaux du renseignement de l'ancien régime libyen qui montrent que les services secrets occidentaux collaboraient avec Tripoli.
08/09/2011, 9/11 dans les sables libyens, Dedefensa
On parle de la situation politico-militaire, étrange, à la fois prévisible et imprévisible, qui s'est installée. La question centrale, qui envahit désormais la scène de la communication à propos de cette affaire libyenne, c'est celle des islamistes. Elle est tellement brûlante que les Israéliens, ou dans tous les cas certains d'entre eux dans les milieux de la sécurité nationale, jugent que la Libye est devenue l'une des “menaces les plus graves” qu'a à craindre Israël, parce qu'elle est d'ores et déjà aux mains des islamistes.
[...] la scène est bien campée pour que les islamistes tiennent un rôle majeur dans l'avenir de la Libye, ce qui ne correspondrait pas vraiment, sur le fond des choses et dans les circonstances qu'on décrit, à la planification américaniste-occidentaliste mais qui, par contre, constitue une potentialité particulièrement intéressante, et hautement symbolique à l'approche du dixième anniversaire de l'attaque du 11 septembre 2001.
L'étonnant miracle de l'affaire libyenne, avec ces islamistes qui pullulent, proches de prendre le pouvoir à Tripoli, et qui seront naturellement baptisés “démocrates” s'ils y parviennent puisque les robots congénitaux qui nous dirigent ne peuvent imagine de se dédire, c'est bien que la mouvance islamiste est en train de retourner contre le bloc BAO sa méthodologie de “métaphysique de la force”. Cette position prééminente des islamistes est en effet une complète inversion de l'essence frelatée de la politique de force justifiée et inspirée par 9/11. L'affaire libyenne est en train d'opérer une inversion d'un processus qui constituait lui-même une subversion de la politique extérieure et des relations internationales.
07/09/2011, Le marché de la reconstruction en Libye nous donne une idée de l'ampleur des destructions infligées par l'armée française et ses consoeurs humanitaires, Mounadil al Djazaïri
400 chefs d'entreprise français viennent de se réunir à Paris, au siège du MEDEF (le patronat français) en présence de Pierre Lellouche, le secrétaire d'Etat au commerce extérieur.
Cette réunion qui rassemblait la fine fleur de l'industrie française, dont Total, Alcatel et Bouygues avait pour thème le marché de la reconstruction en Libye.
Pour avoir une idée de l'ampleur des destructions infligées à la Libye par les forces de l'OTAN et les monarchies démocratiques du Moyen Orient, il suffit de savoir à combien est estimé le marché de la reconstruction de la Libye: 200 milliards de dollars selon l'organisation patronale française.
06/09/2011, Hier allié, aujourd'hui voyou, ou les intrigues autour de Kadhafi : les cables diplomatiques US wikifuités apportent un éclairage utile, Tlaxcala
La transformation du Président libyen Mouammar Kadhafi de voyou en allié puis en dictateur que selon les besoins du jour l'on bombarde, encense ou met hors jeu au moyen d'une guerre d'agression témoigne des intrigues stratégiques tissées par les USA et leurs alliés. Soutenir et subventionner ou diaboliser et renverser par les armes des États, des gouvernements ou des fractions sociétales relève des opportunités qui s'offrent aux puissances en place. Se servir de régimes répressifs précisément en raison de leur capacité à s'imposer par la force ou les mettre hors-la-loi pour exactement la même raison n'a rien à voir avec des normes telles que liberté, démocratie ou droits humains, qu'on peut à son gré ignorer ou utiliser comme prétexte à sanctions.
06/09/2011, Les problèmes auxquels fait face la Libye, Renmin Ribao
Le détonateur qui a conduit aux troubles sociaux en Libye et dans d'autres pays arabes est le fort taux de chômage dans la jeunesse. La forte proportion de la jeunesse dans la population du pays n'est pas devenue un "dividende démographique" pour la vitalité économique et sociale. Au lieu de cela, elle est devenue une source d'instabilité. Le fort taux de chômage, dans une grande mesure, peut être attribué à la croissance désordonnée de la population, à la structure économique déraisonnable de la Libye et à la prédominance du pétrole, du gaz et des autres industries de ressources, qui n'étaient pas propices à la création de suffisamment d'emplois pour une force de travail nouvelle et importante.
Pour rétablir la stabilité politique dès que possible, la nouvelle direction Libyenne doit éviter une épuration politique extrême, et évaluer de manière objective les mérites et les erreurs du régime Kadhafi. Car après tout, c'est Kadhafi qui a fait de la Libye un pays moderne. C'est Kadhafi qui a nationalisé les ressources qui étaient auparavant contrôlées par les compagnies pétrolières occidentales. D'autres pays arabes, ainsi que l'Iran et les pays exportateurs de pétrole d'Amérique du Sud ont suivu l'exemple de la Libye, qui a fait que les compagnies pétrolières occidentales ont dû donner plus de 50% -contre 5% auparavant- des revenus, enrichissant les pays arabes, et autres, producteurs de pétrole.
Les principaux chefs rebelles comme Abdel Jalil et le chef de l'exécutif du CNT Mahmoud Jibril sont d'anciens fonctionnaires du Gouvernement de Kadhafi. Si la nouvelle direction lance une épuration politique aggressive, cela pourrait porter préjudice aux deux nouveaux dirigeants. Quant à Ali Tarhouni, autre leader potentiel, responsable du pétrole et des affaires financières, et qui bénéficie du soutien américain, il pourrait ne pas avoir de bases solides en Libye du fait de ses 38 années d'exil aux Etats-Unis.
05/09/2011, Pseudo-al Qaïda versus tortureurs de la CIA : cela se plaide…, Dedefensa
Tout le monde connaît désormais le “général” Abdul Hakim Belhadj, commandant des forces armées rebelles, dans tous les cas à Tripoli, maître d'œuvre de la prise de Tripoli, homme fort manifestement des forces armées ex-rebelles et libyennes officielles de la Libye new age… Qui plus est et particulièrement, ex-proche d'al Qaïda, sinon al Qaïda lui-même dans le temps, et torturé dans les années 2004-2006 par la CIA, avec des interférences du MI6 britannique et des services secrets et également tortureurs du colonel Kadhafi.
Le désordre libyen est bien, semble-t-il, d'abord et avant tout, l'extraordinaire bordel américaniste-occidentaliste, entre terroristes et non-terroristes, les uns et les autres se mélangeant, dictateurs diaboliques et quasi-hitlériens et loyaux et vertueux alliés de l'Occident et de sa civilisation, l'un et l'autre se mélangeant, entre services de renseignement, torture et coopération, trahisons et retournements de veste. Il y a beau temps qu'il ne s'agit plus de renseignement, ni même d'“espionnage”, ni même d'agent double ou d'agent triple, mais de désordre absolu dans ces activités parallèles, qui sont menées par le bout du nez par les écarts et les soubresauts extraordinaires d'une “politique” anti-terroriste définie selon les analyses des services de communication liées aux directions politiques et influencées de main de maître par des stratèges de l'école-BHL. Il n'y a plus aucune logique de renseignement dans ces changements de côté et ces retournements de veste, mais bien le renseignement mis au service des caprices d'une évaluation “politique” uniquement et exclusivement faite, désormais, en fonction des impacts de communication par rapport aux dirigeants politiques, sans plus rien de haute politique et de vision élargie aux réalités du monde.
05/09/2011, Pierre KHALAF, Le projet occidental pour l'Orient : des régimes parlementaires sous protectorat, Réseau Voltaire
Ce qui se passe en Libye constitue le modèle que réserve au monde arabe une alliance politique composée des Frères musulmans, des milieux de la bourgeoisie libérale et de certains mouvements de la gauche. Avec quelques nuances imposées par les nombreuses spécificités entre un pays et un autre, l'exemple libyen offre un échantillon du projet politique vers lequel sont entrainées les sociétés arabes, qui bâtissent les illusions de leur salut sur l'idée de l'intervention étrangère pour répandre la démocratie et se débarrasser du joug despotisme et de la tyrannie.
Dans le cas libyen, nous assistons à un renouvellement de l'hégémonie coloniale sur le pays et sur ses richesses pétrolières, basé sur un partage de l'influence et du butin entre les puissances occidentales. L'élément nouveau est l'entrée en jeu de la France en tant que partenaire principal, après que le Conseil national de transition (CNT) se soit engagé à accorder aux compagnies françaises 35 % du pétrole, comme l'a révélé un haut responsable du CNT au Parisien. La présence états-unienne, britannique et italienne est préservée, tandis que les influences chinoises et russes sont en voie de liquidation, non pas à cause des positions de ces deux pays dans la crise libyenne mais parce que ces influences sont considérées comme des vestiges de la Guerre froide qu'il faut absolument éliminer.
Sur le plan interne, le système qui est concocté sous la férule de l'Occident colonial et triomphateur est un régime républicain, parlementaire sous l'intitulé de démocratie. Rien de nouveau car il s'agit d'un calque des régimes que les puissances mandataires avaient installés dans les années 20 du siècle dernier : des élites qui se partageaient des Parlements dans le cadre d'élections et d'une vie politique, le tout sous la stricte surveillance d'un haut commissaire. Tout ce monde évoluait sous un plafond fixé par la puissance mandataire, qui disposait d'un mandat "légal" délivré par l'ancêtre des Nations unies, la Société des nations (SDN). C'est pratiquement le même système qui est en train d'être mis en place aujourd'hui, avec certainement plus de subtilité, vu que les temps ont changé.
Il y a un siècle, les pays arabes vivaient sous des monarchies constitutionnelles, ou des régimes parlementaires, avec des partis politiques qui "remportaient" des élections et "formaient" des gouvernements, l'ensemble du processus étant réglé, régi et dirigé par la puissance coloniale.
L'histoire se répète avec des acteurs nouveaux, le plus important étant la Confrérie des Frères musulmans, qui, après 60 ans d'exclusion des cercles du pouvoir, n'a pas trouvé de meilleur cheval que celui de l'Occident pour accéder aux plus hautes sphères de la société.
Le drame est que cette alliance ne propose aucun projet politique ou vision économique pour sortir les sociétés arabes du sous-développement. Prendre le pouvoir est son but et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Tout le reste n'a plus aucune importance, pas même la cause de la Palestine, que ces nouvelles élites dirigeantes excluent de leur discours politique. La réussite de ce projet risque de plonger les pays arabes dans un siècle d'obscurantisme et de livrer les richesses au pillage par de l'Occident qui ne laissera que les miettes à ceux qu'il aura aidé à arracher le pouvoir aux despotes pour le monopoliser à leur tour.
04/09/2011, Pepe ESCOBAR, C'est une guerre [de] TOTAL, Monsieur, Questions Critiques
Les gagnants de cette chose "cinétique" en Afrique du Nord (l'administration Obama jure qu'il ne s'agit pas d'une guerre) - qui se décrivent collectivement comme the "Friends Of Libya" (FOL) ["les amis de la Libye"] - étaient d'humeur enjouée lorsqu'ils se sont réunis à Paris jeudi, sans air-conditionné mais avec des odeurs puissantes de brie et de roquefort, pour se réjouir de leur "opération" de changement de régime en Libye, mise en oeuvre par l'Otan et autorisée par les Nations-Unies.
04/09/2011, Bienvenue dans la "nouvelle Libye démocratique", Solidarité Ouvrière
Les premiers éléments publiés par la presse sur le nouveau régime du CNT en Libye montrent à quel point, la chute d'un dictateur ne signifie en rien la fin d'un régime dictatorial.
04/09/2011, Libye : le piège, Le Quotidien d'Oran
Il fallait s'y attendre: la prise de Tripoli a aiguisé les appétits de l'OTAN envers d'autres pays arabes.
Dans les pays arabes, dont l'Algérie, elle a redonné vigueur aux partisans de l'ingérence occidentale. Ayant craint, un moment, l'enlisement de l'OTAN en Libye, ils manifestent d'autant plus leur joie à cet évènement. Ils y voient la confirmation de la justesse de leurs thèses sur «le bien fondé de cette ingérence du moment qu'elle débarrasse la Libye d'un tyran».
Mais peut-on s'en réjouir. Comment ne pas tenir compte que l'entrée des insurgés à Tripoli s'est faite sous les bombardements de l'OTAN. Rien ne ressemble moins à l'entrée triomphale d'une révolution populaire. Comment ne pas voir que ceux qui applaudissent à l'intervention de l'OTAN applaudissent les forces militaires des mêmes pays qui bombardent et massacrent en Afghanistan et en Irak, qui protègent le colonialisme israélien, et qui soutenaient, il y a quelques mois à peine, les dictatures arabes. Comment ne pas dire que cette joie est mauvaise lorsqu'ils la partagent par exemple avec une personnalité islamophobe et arabophobe comme Bernard Henry Levy qui applaudit aux bombardements sur la Libye comme il l'avait fait pour ceux sur Gaza et le Liban.
La perversité de la politique occidentale actuelle est qu'elle arrivée à construire, notamment par une campagne médiatique de propagande d'une violence intense, un faux dilemme, qui est celui ci: ou le droit d'ingérence et donc la démocratie sous protectorat occidental, où la dictature et la tyrannie. Beaucoup parmi les élites politiques arabes tombent dans le piège. Outre, évidemment, celles d'entre elles traditionnellement liées à l'Occident, cette propagande trouvent un écho chez des forces politiques et sociales plus larges, soient qu'elles ont peu d'influence et de forces dans la société, et ne voient pas donc d'autre solution pour se débarrasser de la dictature que dans une «alliance même avec le diable» , soient qu'elles sont impatientes ou fatiguées par une longue opposition, Du coup la société désormais se divise sur la question de la démocratie, car il lui est substitué une autre question, celle de l'attitude par rapport à l'intervention étrangère. Les cartes s'en trouvent alors faussées. On croit toujours parler de démocratie mais c'est la question nationale qui ressurgit, et avec elle celle de la souveraineté, celle de l'indépendance du pays, celle de l'unité nationale. Les ex-puissances coloniales reviennent pour proposer de protéger les aspirations démocratiques arabes et ce protectorat réactive alors le protectorat colonial. Ceci explique que du même coup se trouvent relancés des débats qu'on croyait dépassés et qui déchiraient les différentes tendances du mouvement national à la veille des luttes pour l'indépendance: en 1936, l'illusion que la libération allait arriver du Front populaire de la gauche française, en 1942-43, les espoirs mis par Ferhat Abbas dans la Charte atlantique, et plus généralement la position du courant assimilationniste qui attendait le progrès et la civilisation de la France.
04/09/2011, Libye, de l'audace à la lucidité, actualité de l'été 2011, Canal Académie - mp3
Thierry de Montbrial et François d'Orcival, de l'Académie des Sciences morales et politiques, reviennent sur la campagne de Libye remportée par les troupes de la coalition internationale et la chute de Kadhafi.
Suivre l'actualité
courir après le vent.
Penser l'actualité
marcher à contre-courant.

Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Revue de presse Libye, Monde en Question.
Dossier documentaire Libye, Monde en Question.