30 mai 2014

Choderlos de LACLOS (1741-1803)


Articles
• Robert ABIRACHED, Les liaisons dangereuses, CNDP, sans date.
• Annie CRÉPIN, Choderlos de Laclos l’auteur des Liaisons dangereuses, Annales historiques de la Révolution française nº338, 2004.
• Claire DESPIERRES, Le jeu des figures énonciatives dans Les liaisons dangereuses de Laclos – Interrogation et argumentation : la place du tiers, Semen nº15, 2002.
• François-Ronan DUBOIS, Les liaisons dangereuses : lecture d’impressions, lecture interprétative, Contagions, 2013.
• Jean GOLDZINK, Libertinage et politique dans le roman libertin des Lumières, Littératures classiques nº55, 2004.
• Jean GOLDZINK, À propos des Liaisons dangereuses de Laclos – La place de Laclos dans
les territoires dits libertins, Académie de Versailles, sans date.
• Michel LAXENAIRE, La séduction dans la littérature, Dialogue nº164, 2004.
• Lydia MARTIN, L’échange épistolaire à l’écran : les adaptations en anglais des Liaisons dangereuses, Lettre de cinéma, 2007.
• François MIGEOT, Rapport de places et imaginaire dans les lettres de Laclos et Mme Riccoboni, Semen nº20, 2005.
• George NAHREBECKY, A la Recherche du héros dans "Les Liaisons dangereuses", St. Mary’s University, sans date.
• René POMEAU, D’Ernestine aux Liaisons dangereuses : le dessein de Laclos, Revue d’histoire littéraire de la France, mai-août 1968.

Dossiers
Ciné-club de Caen
Wikipédia

Revues
• Choderlos de Laclos – Littératures d’Asie du Sud-Est, Europe n° 885-886, 2003.
• La séduction, Dialogue nº164, 2004.

Thèses
• Mohammed YOUSUF, De quelques figures de style (La métaphore, la comparaison, et l’allégorie) dans "Le paysan parvenu" de Marivaux et "Les liaisons dangereuses" de Laclos, Thèse de doctorat en Lettres Modernes, 2012, 293 pages.
• Marie-Luce COLATRELLA, "Ce hideux chef-d’oeuvre" : lectures, traductions, illustrations des Liaisons dangereuses : France, Allemagne, Angleterre (1860-1914), Thèse de doctorat en Littérature comparée, 2005.

Textes de l’auteur
• Choderlos de LACLOS, Œuvres complètes [présenté par Laurent Versini], Gallimard, La Pléiade, 1979.
• Choderlos de LACLOS, Les liaisons dangereuses, 1782, [présenté par René Pomeau], GF-Flammarion, 1996 – [présenté par Michel Delon], Livre de Poche, 2002, [texte en ligne : Bouquineux - Ebooks - Gallica - Pitbook - Wikisource].
• Choderlos de LACLOS, De l’éducation des femmes, 1783, [texte en ligne : Wikisource].
• Choderlos de LACLOS, De la monarchie et du républicanisme, 1791, [texte en ligne : Gallica].

Études sur l’auteur
• Yvon BELAVAL, Choderlos de Laclos, Seghers, 1972.
• Jean-Paul BERTAUD, Choderlos de Laclos l’auteur des "Liaisons dangereuses", Fayard, 2003.
• Fernand CAUSSY, Laclos, 1741-1803, d’après des renseignements originaux, suivi d’un mémoire inédit de Laclos, Mercure de France, 1905.
• Collectif, Laclos et le libertinage 1782-1982, Presses Universitaires de France, Actes du colloque de Chantilly, 1983.
• Émile DARD, Le général Choderlos de Laclos, auteur des "Liaisons dangereuses", Perrin, 1905.
• Bianca FONTANA, Politique de Laclos, Kimé, 1993.
• Anne-Marie JATON, Le corps de la liberté – Lecture de Laclos, L’Age d’homme, 1983.
• René PETER, La dame aux repentirs – L’inspiratrice des Liaisons dangereuses, Librairie des Champs-Élysées, 1939.
• Georges POISSON, Choderlos de Laclos ou l’obstination, Grasset, 1985.
• René POMEAU, Laclos ou le paradoxe, Hachette, 1993.
• Roger VAILLAND, Laclos par lui-même, Seuil, 1953.

Cours sur l’œuvre
• Anonyme, Résumé des lettres, digiSchool Bac ES (nécessite inscription).
• Anonyme, Étude (détaillée) et liens, Magister.
• Anonyme, Synthèse du roman et commentaires des lettres 47, 67 et 125, Bac de français.
• Collectif, Les liaisons dangereuses et les arts, Académie de Strasbourg.
• Elisabeth KENNEL-RENAUD, Étude (très détaillée), Site perso.
• René POMMIER, Analyse de la lettre XXII, Site perso.

Études sur l’œuvre
• Pierre BAYARD, Le paradoxe du menteur – Sur Laclos, Minuit, 1993.
• Christine BELCIKOWSKI, Poétique des "Liaisons dangereuses", José Corti, 1972.
• Collectif, Analyses et réflexions sur Laclos – Les liaisons dangereuses : la passion amoureuse, Ellipses, 1991.
• André et Yvette DELMAS, A la recherche des "Liaisons dangereuses", Mercure de France, 1964.
• Michel DELON, P.-A. Choderlos de Laclos – "Les liaisons dangereuses", Presses Universitaires de France, 1986.
• Béatrice DIDIER, Choderlos de Laclos – "Les liaisons dangereuses" – Pastiches et ironies, Éditions du Temps, 1998.
• Jean FABRE, "Les liaisons dangereuses" – Roman de l’ironie, Klincksieck, 1972.
• Jean-Luc FAIVRE, "Les liaisons dangereuses" – Choderlos de Laclos, Hatier, 2002.
• Jean-Luc FAIVRE, "Les liaisons dangereuses" – Choderlos de Laclos Stephen Frears, Hatier, 2008.
• Biancamaria FONTANA, Du boudoir à la Révolution – Laclos & "Les Liaisons dangereuses" dans leur siècle, Agone, 2013 [Annales historiques de la Révolution française nº372].
• Jean GOLDZINK, Le vice en bas de soie ou le roman du libertinage, Minuit, 2001.
• Caroline JACOT-GRAPA, "Les liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos, Gallimard, 1997.
• Éloïse LIÈVRE, Pierre Choderlos de Laclos – "Les liaisons dangereuses", Bréal, 1998.
• Philippe MESSIÈRE, "Les liaisons dangereuses" – Laclos, Bordas, 1981.
• Jean-Luc SEYLAZ, "Les liaisons dangereuses" et la création romanesque chez Laclos, Librairie Minard, 1958.
• Madeleine THERRIEN, "Les liaisons dangereuses" – Une interprétation psychologique, SEDES, 1973.
• Laurent VERSINI, Laclos ou la tradition – Essai sur les sources et les techniques des "Liaisons dangereuses", Klincksieck, 1968.
• Laurent VERSINI, Le roman le plus intelligent – Les liaisons dangereuses" de Laclos, Champion, 1998.

Études autour de l’œuvre
• Anonyme, L’épistolaire, WebLettres.
• Frédéric CALAS, Le roman épistolaire, Nathan Université, 1996.
• Nicole CLOAREC (sous la direction de), Lettres de cinéma – De la missive au film-lettre, Presses universitaires de Rennes, 2007.
• Anne DENEYS-TUNNEY, Écritures du corps – De Descartes à Laclos, Presses Universitaires de France, 1992.
• Pierre SAINT-AMAND, Séduire ou la passion des Lumières, Klincksieck, 1987.
• Jürgen SIESS (sous la direction de), La lettre entre réel et fiction, SEDES, 1998.
• Laurent VERSINI, Le roman épistolaire, Presses Universitaires de France, 1979.

Audio-Vidéo
• Choderlos de LACLOS, Les liaisons dangereuses, Littérature audio.

30/05/2014
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Filmographie "Les liaisons dangereuses", Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

28 mai 2014

Friedrich NIETZSCHE (1844-1900)


Nietzsche n’est pas un philosophe comme les autres ; il aime la provocation et tout ce qui rend la lecture plus attrayante – humour, utilisation de métaphores, caricatures – recèle chez lui, précisément, la profondeur de la pensée. Il est certain qu’il ne faut pas lire Nietzsche comme un philosophe classique, et plaquer sur la lecture des schémas conceptuels pré-établis est la meilleure façon de manquer l’originalité de cette pensée. Nietzsche a le mérite de montrer qu’il existe d’autres chemins possibles pour la philosophie, qui sortent du cadre rigide des traités classiques. Sa démarche généalogique et critique présente l’intérêt de remettre en question bien des vérités établies, et de s’ouvrir à des réalités jusque là ignorées.
Djamila Azem Hidalgo, Etude d’un texte de Nietzsche, Académie de Grenoble

Le travail de critique d’un ouvrage récent se limite à la paraphrase du dossier de presse gracieusement fourni par l’éditeur. Pour les ouvrages anciens, les petits-maîtres à penser se contentent de piocher dans les dictionnaires des citations. Dans ces conditions il n’est pas étonnant que l’œuvre d’un auteur aussi complexe que celle de Friedrich Nietzsche soit interprétée à contresens.

Un trotskyste affirme "Nietzsche, penseur du fascisme" ce qui est aussi inepte que de dire "Marx, penseur du fascisme" parce qu’il est longuement et admirativement cité par Goebbels dans son Journal. Il a pris le risque de citer Nietzsche, souvent à contresens, pour que ses citations collent avec ses a-priori. Ainsi, il renomme "Nietzsche, penseur du fascisme" le livre de Georg Lukács intitulé "Nietzsche, précurseur de l’esthétique fasciste" ce qui ne signifie pas la même chose !
Selon cet auteur Nietzsche serait fasciste parce qu’il critique la démocratie bourgeoise ! Position paradoxale, mais conforme à celle de Marx soutenant la guerre de l’impérialisme américain contre le Mexique et celle de l’impérialisme anglo-français contre la Chine parce que le capitalisme industriel serait plus "civilisé" que le capitalisme agraire (Lire : La Chine vue par MARX et ENGELS).

Le piège dans lequel tombe facilement les petits-maîtres à penser tient au style, dans lequel excelle Nietzsche, qui rend d’autant plus difficile à comprendre son propos qu’il apparaît facile à lire. Ainsi, l’erreur fréquente est de prendre au pied de la lettre ce qu’il écrit.
De plus, comme sa pensée toujours en mouvement n’est pas close dans un système ("Je me méfie des faiseurs de systèmes et m’écarte de leur chemin. L’esprit de système est un manque de probité." aphorisme 26 in Crépuscule des idoles), il peut affirmer une chose un jour et son contraire le lendemain. L’exemple le plus connu est celui de Wagner pour qui son admiration ("La naissance de la tragédie" 1872, et "Richard Wagner à Bayreuth", 1876) se transforma en une démolition de l’idole trop impliqué dans le mouvement völkisch et l’antisémitisme ("Le cas Wagner", 1888 et "Nietzsche contre Wagner", 1889).

Plutôt de d’ajouter mes commentaires positifs ou négatifs, dont tout le monde se moque à juste raison, je préfère suggérer de lire et relire l’œuvre de Friedrich Nietzsche.

Articles
• Articles universitaires, Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris.
• Éric BLONDEL, Par-delà le bien et mal, Philopsis, 43 pages.
• Éric BLONDEL, La volonté de puissance, Philopsis 75 pages.
• Éric BLONDEL, Prolégomènes à une lecture philologique de Nietzsche, Philopsis 81 pages.
• André OUREDNIK, La notion de Pulsion chez Nietzsche et Freud, Université de Lausanne, 35 pages.
• Daniel PIMBÉ, Nietzsche, Académie de Grenoble, 2011, 93 pages.
• Vincent STANEK, La volonté de puissance, Philopsis, 16 pages.

Dossiers
Encyclopédie de L’Agora
Nietzsche Circle
Philopsis
UQAC
Wikipédia

Revues
• Nietzsche, Le Point HS n°14, Juin Juillet 2013.

Cours
• Daniel MARTIN, Nietzsche en langage clair, Cours de philosophie, 551 pages.
"La volonté de puissance" (doctrine)
"La généalogie de la morale" (livre)
"Par-delà le bien et le mal" (livre)
"Le gai savoir" (livre)
"L’éternel retour"(doctrine)
"Ainsi parlait Zarathoustra" (livre: parties I à III)

Livres
• Livres numériques, Académie de CréteilAcadémie de Grenoble BouquineuxEbooksNietzsche par la jeunesse aux cheveux grisWikisource.
• Friedrich NIETZSCHE, Oeuvres, Flammarion, 2000 [Texte en ligne].
"Le gai savoir"
"Ainsi parlait Zarathoustra"
"Par-delà le bien et le mal"
"La généalogie de la morale"
"Le cas Wagner"
"Le crépuscule des idoles"
"L’antéchrist"
"Ecce homo"
"Nietzsche contre Wagner"
• Marc CRÉPON (sous la direction de), Nietzsche, L’Herne, 2006 [Texte en ligne].
Comme Nietzsche le dit à plusieurs reprises : la lecture de son œuvre n’est pas de celles dont on sort sans que rien n’ait changé. Et ceci est d’autant plus vrai que rien de ce qu’elle prophétise ou annonce ne s’est définitivement accompli. Nous ne sommes pas sortis de ce qu’elle décrit, que ce soit l’épuisement de la démocratie, les différentes formes de réactions au nihilisme qui ne font que le perpétuer (comme tous les extrémismes), la résistance, plus ou moins déguisée, des valeurs imposées par le christianisme. Nous n’échappons pas davantage à ce qu’elle prescrit : notre rapport au savoir (et notamment à la science) est loin d’être clarifié. Le signe le plus probant de cette actualité des questions nietzschéennes est que, pas plus que cette œuvre n’appartient aux nietzschéens, elle ne laisse aucun courant philosophique, aucune école indifférente.
Mais s’il reste ce "philosophe d’avenir" qu’il voulait être, c’est aussi que son œuvre interroge, dans ses différentes articulations, la coexistence, au sein de la même pensée, des trois types de régime entre lesquels se partage le discours philosophique : descriptif, prescriptif et programmatique ou prophétique. Lisant Nietzsche, nous n’héritons pas seulement de ce qu’il décrit, et de ce que cette description prescrit. Nous prenons aussi la mesure de ce qu’il annonce. Sans doute, par sa critique radicale de toute téléologie, il porte un coup décisif à tout ce que la philosophie a pu promettre : le salut, la révolution. Mais pour autant, il ne renonce pas à toute prophétie d’une nouvelle époque ouverte par sa pensée. Ce qu’il décrit et prescrit trouve son sens ultime dans un temps à venir, qui advient une fois que son œuvre a coupé en deux l’histoire de l’humanité.
Ce Cahier analyse sa pensée à partir de ses rapports avec la langue, les Grecs et la musique, pour se pencher sur sa critique de la métaphysique et l’histoire, critique de la civilisation et de la morale, la conversion des valeurs.
Textes de : Marc Crépon, Marc de Launay, Max Marcuzzi, Mario Ruggenini, Jacques le Rider, Denis Thouard, Michèle Cohen-Halimi, Michel Haar, Yannis Constantinidès, Arnaud Villani, Mazzino Montinari, Eric Dufour, Joseph Simon, David Ballison, Jocelyn Benoist, Fabio Merlini, Paolo d’Ioro, Françoise Dastur, Pavel Kouba, François Chenet, Sylvie Courtine-Denamy.

Audio-Vidéo
• Livres audios, Littérature audio.
• France Culture, Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris.
• Vidéos, Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris.
• Annick STEVENS, La philosophie de Nietzsche (10 séances), Université populaire de Marseille [pdf - mp3- vidéo].
Nietzsche est un penseur qui a profondément bouleversé la philosophie et a eu une influence considérable sur les pensées du XXe siècle, mais qui a aussi été très mal compris et récupéré par des idéologies auxquelles il était tout à fait opposé. Des concepts comme l’éternel retour, le surhumain, la volonté de puissance, suscitent souvent la méfiance, voire le sarcasme et le rejet. Or, si on prend le temps de découvrir leur sens, de les inscrire dans la philosophie de la vie lucide et exigeante qui les justifie, on comprend à la fois l’origine des malentendus et l’extraordinaire portée à la fois théorique et pratique de cette pensée.

28/05/2014
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Filmographie sur Friedrich NIETZSCHE, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

26 mai 2014

Edwin S. PORTER (1870-1941)


Edwin S. Porter fut un grand cinéaste injustement oublié au regard de l’indigence des sources : quatre articles en français, une thèse en anglais et un livre en italien.
Figure créatrice significative des années 1900, il fut à la fois projectionniste, réalisateur, cinématographe, scénariste et producteur de films américain.
Il a réalisé une multitude de films dont Life of an American Fireman (1902) et Great Train Robbery (1903).
Il fut le premier à construire une histoire cinématographique par l’intermédiaire du montage narratif qui crée une dimension temporelle.

Articles
• Thomas ELSAESSER, La notion de genre et le film comme produit "semi-fini" : l’exemple de Weihnachtsglocken de Franz Hofer (1914), 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze nº50, 2006.
• Tom GUNNING, "Le cinéma d’attraction : le film des premiers temps, son spectateur, et l’avant-garde, 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze nº50, 2006.
• Charles PERRATON et Nathalie BOUCHARD, Monter, dire et saisir l’espace dans le cinéma des premier temps : le cas du Great Train Robbery Cinémas 1995.
Great Train Robbery (1903) de Edwin S. Porter, L’Oeil sur l’Ecran.

Dossiers
Ciné-club de Caen
Ciné-fiches
Ciné-ressources
DVD Toile
IMDb
Notre cinéma
Sens Critique
Wikipédia

Thèses
• David LÉVY, Edwin S. Porter and the origins of the American narrative film, 1894-1907, Doctor of Philosophy, 1983, 404 pages.
This study examines the traditional claim that in 1903, while an employee of the Edison Manufacturing Company, Edwin Stanton Porter discovered the principle of editing construction which made possible the fictional motion picture narrative. It will show that Edison studio policy in the period would have discouraged such an achievement and that the crucial first step in the elaboration of the early film narrative was the development of a compositional aesthetic derived from the staged or "fake" newsreel. Based on that aesthetic between 1904 and 1907 film directors including Edwin Porter turned out a short-lived, tableau-action narrator-dependent story film in actuality style that became the basis of the nickelodeon boom dating from 1906. The social and industrial pressures engendered by that success led to the fragmentation of the complete action tableau and the displacement of the tableau narrative by a shot-dependent, autonomous narrative constrained by the formal features of actuality composition. The final chapter analyzes a leading example, the 1907 emergence of parallel editing in the production of one-reel screen tales of last-minute rescue.

Livres
• Elena DAGRADA, La grande rapina al treno. The Great Train Robbery (Edwin S. Porter, 1903) e la storia del cinema, Mimesis, 2012.
Questo libro vuole essere un utile viatico per chiunque desideri addentrarsi lungo i sentieri affascinanti del "cinema delle origini", per imparare a conoscere la prima epoca di vita della storia del cinema. Attraverso l’analisi di "The Great Train Robbery", realizzato nel 1903 da Edwin S. Porter, rintraccia le catarreristiche principali di un periodo appassionato e avventuroso, profondamente diverso dal cinema che conosciamo oggi. E lo fa addentrandosi nei segreti del successo di un piccolo grande film, che seppe miscelare sapientemente i temi rappresentati, oltre ad alcune audaci novità nella messa in scena di più azioni simultanee. "The Great Train Robbery", infatti, riuscì a unire la spettacolarità dei più arditi procedimenti narrativi del suo tempo al mito popolare per eccellenza della storia americana, quello del "selvaggio West" (wild West), o "lontano West" (far West), facendo presa su un numero di spettatori molto alto anche al di fuori degli Stati Uniti. E seppe sfruttare il contesto iconografico e narrativo maggiormente in voga del tempo – la ferrovia, gli assalti a un treno, le sparatorie e gli inseguimenti spericolati – mettendo il tutto, fra l’altro, al servizio del film western come genere.

26/05/2014
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
Filmographie Edwin S. PORTER réalisateur, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.